Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?

Fiche N°5 : Dvlpt du lien social local   Lecture : Public, Modification : Groupe: Pass Numérique #RRA

Page lue par 11 membre(s) et 8106 affichage(s)

Dernière mise à jour le 26 Novembre 2013 par Guy Pastre

Contribuer au développement du lien social local

Aujourd’hui même si le numérique et surtout Internet, permet d'échanger de façon instantanée avec un habitant à l'autre bout du monde il facilite également l'accès à l’information nécessaire à la compréhension de l’organisation des territoires.  Il est un fait qu’il modifie la notion même de territoire qui revêt des réalités diverses et des perceptions différentes de leurs périmètres qui sont souvent  “à géométrie variable” selon les individus, leurs situations et leurs actions... Ainsi, en tenant compte de cette nouvelle réalité, il peut être un moyen intéressant pour stimuler, renforcer et accompagner l’implication des habitants dans la vie locale, le développement des relations de proximité et des projets de territoire, et de façon plus générale l’innovation sociale

                  

1. Vers de nouvelles formes d’implication dans la vie locale ?

Les modes d’implication peuvent relever soit de l’initiative personnelle, soit de l’initiative collective dans les deux grands champs que sont l’expression citoyenne et la participation à la démocratie locale.

S’approprier son environnement et son territoire (quelle que soit l’échelle de proximité), impose aussi de comprendre les enjeux qui le mobilisent, les dynamiques qui l’animent et les influences qui le traversent.

C’est cette compréhension indispensable qui permet à chaque individu de donner sens à son implication individuelle. C’est un élément fondateur de son entrée dans des dynamiques collectives.

Le numérique, dans cette perspective d’éducation citoyenne, constitue pour l’habitant un outil de construction de son identité de territoire et un moyen d’agir sur ce même territoire.

Il s’agit donc d’identifier les champs d’application de cette double vocation.



  • Faciliter la mise en réseaux des habitants et des organisations

    • Connecter, prolonger, décloisonner les relations entre individus ou collectifs réunis par leur intérêt commun.

      • Projet de carto-party intergénérationnel

      • Réseau d’échange de savoirs

    • Participer à l'innovation sociale en inventant de nouvelles formes de consommation, de production, de déplacements… plus collaboratives :

      • les services de co-voiturage,

      • les partenariats producteurs-consommateurs et autres circuits courts du type AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne),

      • les laboratoires citoyens de fabrication qui rassemblent des générations et des profils variés (bricoleurs, créateurs, techniciens, informaticiens, ingénieurs…) afin de s’appuyer sur toutes les compétences pour fabriquer ou recycler des objets,

      • Financement participatif de projets (exemple : participer au financement de l’édition d’un album de musique)

Cartographie collaborative - Chimère - Srce http://laveilleuse.wordpress.com

  • Élargir l’accès et la diffusion de l’information

  • Varier les sources et les supports de diffusion, et contribuer ainsi à la visibilité et au repérage des initiatives, leur propagation et leur réappropriation

    • Via les blogs, les web TV, les réseaux sociaux, les radios associatives, les médias citoyens...

  • La mise en ligne et le partage via les réseaux sociaux permet de mieux appréhender ses différents espaces de vie

    • les plateformes de mise en relation des habitants : ma-residence.fr, qui vise à faciliter les relations entre citoyens et leur écosystème (commerçants de proximité, associations, organes de gestion des immeubles, écoles, mairies)

    • peuplade.fr, qui s’annonce comme le premier site de quartier

  • Participation à des projets permettant de prendre en compte les réalités du territoire et de le valoriser :

    • OpenStreetMap, outil de cartographie collaborative, qui vise à créer une “carte libre” du monde. A partir d'enregistrements issus d’une photo prise avec votre smartphone, vous corrigez la petite erreur dans une rue près de chez vous, ajoutez des informations manquantes comme un nom de rue, un nouveau sens unique, tracez de nouveaux objets (rues, routes, chemins, bâtiments, points d'intérêt)...

  • Faciliter la prise de parole et le débat citoyen et renforce la participation démocratique

  • Construire, élargir, donner à voir des contributions plus ou moins formelles d’habitants sur des enjeux “de société” ou des préoccupations locales

    • Groupement de citoyens pour la l’ouverture des données publiques (ex: http://opendata69.org/)

    • Forums ouverts par des collectifs citoyens autour de débats de société (gaz de schistes…)

  • Une meilleure prise en compte de la parole citoyenne par les élus, notamment grâce à une meilleure visibilité des contributions.

    • Contribuer à la vie locale via les sites de démocratie participative mis en place par les collectivités comme à Grigny par exemple, ou des plateformes comme participons.fr


3. Quels sont les ingrédients nécessaires à une telle dynamique ?

  • Diffuser un soupçon de culture numérique minimum

    • s’approprier les technologies afin d’appréhender les initiatives et les projets dans lesquels s’ilmpliquer

      • En ce domaine les EPN (Espaces Publics Numériques) sont les acteurs tout désignés. Pour trouver l’EPN près de chez vous : http://tinyurl.com/CoRAIA

    • Les pratiques numériques étant également vecteur d’une culture du collaboratif, faire ensemble

  • Repérer et former deux louches de facilitateurs, de relais

    • Sensibiliser les utilisateurs et acteurs aux technologies pour leur permettre d’intégrer à bon escient une dimension numérique dans les projets.

  • Quelques pincées de rencontre et d’écoute, mélanger délicatement afin d’obtenir une construction homogène : avec (et non pas pour) les habitants

    • habitants qui peuvent être isolés, ou issus de structures locales ou encore regroupés en collectif. Un exemple avec la dynamique participative du réseau des médias citoyens de Rhône-Alpes (http:// www.mediascitoyens.eu) .

  • Laisser mijoter et servir dans des temps, espaces et lieux intermédiaires

    • Lieux de vie, propices à l’échange et au croisement

    • Projets ou évènements, numériques ou non, permettant de se cultiver dans des domaines inhabituels ou éloignés de ses pratiques culturelles

      • Participation d’habitants à la Biennale d’Art contemporain de Lyon avec le projet Veduta (exemple en 2013 avec Grigny http://vedutagrigny.fr/)

PHRASES CLES ET EXEMPLES

- Comme on parle de réalité augmentée par le numérique, on peut parler de “territoire augmenté”

- Le numérique favorise le faire ensemble, relie les initiatives et les valorise

- Il permet un renouveau de l’expression citoyenne

- Le croisement des regards est porteur d’innovation sociale, de nouvelles formes d’échange et de coopération

FOCUS: Les tiers-lieux

Evoqué pour la première fois par Ray Oldenberg (sociologue américain), qui est le premier auteur à avoir pensé le concept (1989), "les tiers-lieux présentent la qualité d'une place qui permet les rassemblements dans un cadre public informel, qui contribue à créer une communauté vivante. Ils offrent un espace favorable à la diversité où les gens peuvent être eux-mêmes, acceptés pour ce qu'ils sont ou en phase avec ce à quoi ils aspirent".

Aujourd’hui, le concept de "Tiers Lieux" se développe en France et dans le monde à grande vitesse. Ces lieux se définissent comme des espaces physiques ou virtuels de rencontres entre personnes et compétences variées qui n’auraient pas forcément vocation à se croiser en dehors.
ils peuvent avoir des formes et des sensibilités différentes, en fonction des territoires et des communautés d'usagers qui se les approprient. En ce sens, il n'existe donc pas de tiers-lieu type. Différentes composantes peuvent en faire partie :

  • espace de coworking → « travailler autrement » ou télécentre → travail à distance

  • espace de pratique numérique (EPN) → médiation numérique

  • coopérative d’activité et d’emploi → développement économique

  • FabLab→ laboratoires de fabrication numérique

  • Hackerspace → développement web, electronique, détournement d’objets

  • MédiaLab → média citoyen

  • Les circuits courts producteurs-consommateurs → achats groupés locaux

  • ...

(source : http://www.openscop.fr/)

Pour aller plus loin:

A retenir en 4/5 points

  1. Le numérique remet en question les frontières de nos espaces de vie (de notre territoire)

  2. Comprendre son environnement dans toutes ses dimensions est indispensable pour donner du sens à l’implication individuelle, moteur de la participation à des dynamiques collectives

  3. L’apparition des méthodes collaboratives, intrinsèques au web 2.0, impactent la gouvernance et la dynamique des territoires

  4. La vision plus globale du territoire grâce au numérique en permet une gestion et une organisation plus solidaire et collaborative


***************************

Version du 26 novembre 2013
Espace d'élaboration de cette fiche : https://docs.google.com/document/d/1nU1RklWK6u2pNMO1wnB4bjeO0tlZtotxYfGNyI5yosU/edit#