Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?

Fiche N°3 : Accès et production d'informations   Lecture : Public, Modification : Groupe: Pass Numérique #RRA

Page lue par 13 membre(s) et 8602 affichage(s)

Dernière mise à jour le 26 Novembre 2013 par Guy Pastre

Accéder à l'information, la produire, la qualifier

Accéder librement à toute information, savoir la vérifier et la qualifier, être en capacité de produire et partager ses propres contenus pour les mettre à disposition de tous relève d'un enjeu fondamental à l’heure d’internet.

En effet, il s’agit de garantir à tous un droit d'accès à l’information, afin que chacun exerce son libre arbitre et contribue collectivement à un meilleur exercice de la citoyenneté. Mais aujourd’hui, on peut se sentir seul ou démuni devant la masse et le flux incessant d’informations accessibles en un clic qui nourrissent, sans discernement, l’espace médiatique infini. C’est pourquoi la nécessité d’une culture numérique minimum pour tous s’impose plus que jamais.

1. Qu’appelle-t-on l’infobésité ?

La surcharge informationnelle ou surinformation (ou infobésité, selon l'Office de la langue française), est un concept couvrant le trop plein d'informations reçues.

[source de l’image http://www.nextnature.net/2010/01/infobesity/]

Pour obtenir une information adaptée à mes besoins, sans me noyer dans des informations parasites, il s’agit de développer des stratégies :

  • définir ce que je cherche,

  • comprendre les moteurs de recherche,

  • construire mon système d’information personnel en sachant par exemple :  

    • paramétrer ma messagerie en utilisant des filtres,

    • identifier les sources pertinentes d’information en fonction de ma recherche,

suivre les bonnes personnes sur les réseaux sociaux afin qu’elles m’apportent le contenu que je recherche.

2. Comment savoir si l'information trouvée sur internet est vraie ?

Les services gratuits (blogs, réseaux sociaux…) sur Internet permettent facilement de publier et de diffuser massivement de l’information qui va circuler et être reprise automatiquement  par différents sites.

  • Comment alors, à la manière d’un journaliste croisant ses sources, fiabiliser l’information obtenue ? Il convient de s’interroger sur :

    • les auteurs et l’espace initial de publication (Qui et Où)

    • le statut des publications : opinion personnelle, expression professionnelle, dossier scientifique… (Quoi et Pourquoi)

    • L’organisation et la date de l’information (Comment et Quand)

Des  compétences peuvent être nécessaires pour mettre en place une telle démarche.

  • Exemple d’un référentiel construit collaborativement autour de trois items : Explorer, créer et collaborer par la Fondation Mozilla : http://tinyurl.com/q8ht5sj

3. Quels sont les services en ligne me permettant de m'exprimer et partager?

Le terme de web 2.0 désigne une évolution de l’Internet et le passage d’un internet “vitrine et de consommation” vers un internet plus interactif, s’appuyant sur des internautes acteurs, auteurs et contributeurs :

  • les blogs permettent avec des compétences numériques élémentaires de pouvoir diffuser des articles illustrés de médias,

  • les sites dits médias sociaux - dont Youtube est le plus populaire - ont ouvert la possibilité de diffuser des vidéos en masse,

  • d’autres sites reprenant les mêmes fonctionnements sociaux (système de vote, possibilité de commenter, calcul automatique du nombre de visionnage…) ont vu le jour pour diffuser bandes sons, documents, photos,

  • les réseaux sociaux constituent la dernière évolution des solutions d’expression et de partage : outils simplifiés, nouvelles fonctionnalités sociales, mise en réseau des personnes, information sur les personnes elles-mêmes au travers de leurs goûts, activités ou médias personnels, connexion aux appareils nomades (smartphones et tablettes)

[Source de l’image : Fred Cavazza http://www.mediassociaux.fr/]

Attention : La possibilité démultipliée de partager photos, articles, films, musique... ne doit pas faire oublier la question légale du droit d’auteur. (voir Focus)

ENCADRE : Construire de l'information de manière collaborative sur Internet, une pratique qui se développe.

Les services et outils en ligne ont modifié profondément la production et le partage d’informations. Quelques exemples à découvrir dans le cadre de la préparation d’un événement, ou d’une association par exemple :

PHRASES CLES ET EXEMPLES

  1. Un droit d'accès à Internet équitable

  2. D’une logique de consommateur à une logique d’acteur et de producteur

  3. Des outils facilitant la co-construction, l’échange et la coopération

  4. 100h de vidéos nouvelles déposées sur Youtube chaque minute

  5. 3 millions de blogs créés chaque mois dans le monde

FOCUS : Les licences Creative Commons

Même si internet et les technologies permettent un partage et la circulation quasi instantanée de musiques, d’images, de photos, de textes, d’oeuvres d’art numériques, ils doivent s’exercer dans un cadre légal et notamment celui du droit d’auteur. Par défaut, toute production est considérée comme étant protégée par un copyright, ce qui implique obligatoirement des autorisations explicites des auteurs ou ayant-droits.

Pour favoriser le partage généralisé dans ce contexte il existe, en complément du droit d’auteur, une famille de licences particulières accessible à tous : Les “Créative Commons”

“Creative Commons propose gratuitement six licences qui permettent aux titulaires de droits d’auteur de mettre leurs oeuvres à disposition du public à des conditions prédéfinies. (...) ces autorisations non exclusives permettent aux titulaires de droits d’autoriser le public à effectuer certaines utilisations, tout en ayant la possibilité de réserver les exploitations commerciales, les oeuvres dérivées et les conditions de redistribution.” (cf : Creative Commons France http://creativecommons.fr)

Les six licences sont généralement illustrées par un pictogramme reconnaissable mais variables suivant les autorisations données. Par exemple, le picto suivant signifie :

CC : Creative Commons
BY : signature de l’auteur initial (ce choix est obligatoire en droit français)
NC : interdiction de tirer un profit commercial de l’œuvre sans autorisation de l'auteur
SA : partage de l’œuvre, avec obligation de rediffuser selon la même licence ou une licence similaire (version ultérieure ou localisée).
Pour aller plus loin :
Creative Commons France http://creativecommons.fr

A retenir en 4/5 points

  1. Ne pas faire suivre des mails ou partager des informations sur les réseaux sociaux, si je n’ai pas moi même vérifié la véracité des informations que je fais circuler à mon tour. En utilisant des outils tel que hoaxbuster (http://www.hoaxbuster.com) permettant de vérifier les rumeurs.

  2. Diffuser de l’information sur Internet est gratuit et accessible à tous, mais il faut rester vigilant sur ce qu’on diffuse et cela nous demande de connaître la loi (droit à l’image, droit d’auteurs, diffamation…)

  3. La culture du libre dans la société

  4. Pour un internet plus sûr et plus responsable

**************************

Version du 26 novembre 2013Espace d'élaboration de cette fiche : https://docs.google.com/document/d/1Pi9k0cwaMEzhFybJiYpwonhdWMAq3b2mu9tNNih54u4/edit