Votre avis ?
    Mot de passe perdu ?

Fiche 3 : Accès et production d'informations   Lecture : Public, Modification : Public

Page lue par 0 membre(s) et 2993 affichage(s)

Dernière mise à jour le 26 Novembre 2013 par Guy Pastre

Accéder à l'information, la produire, la qualifier

Accéder librement à toute information, la vérifier, et produire ses propres contenus pour les mettre à disposition de tout un chacun, relève d'un enjeu fondamental, pour garantir à tout citoyen l’accès à ses droits tout en faisant des choix éclairés dans l'exercice de son libre arbitre.

La complexité d'Internet est telle qu'elle nécessite de développer des compétences et acquérir des connaissances afin de vérifier l'information, de produire du contenu et participer ainsi à la richesse du web en en faisant un bien commun universel.
Garantir le niveau suffisant de compétences numériques à tous relève d'une mission essentielle pour faire de ces ressources un moyen d'émancipation et d'épanouissement, et permettre à tout un chacun de s'adapter aux évolutions constantes grâce à l'identification de quelques repères permettant de construire ses propres stratégies.

1. Accéder à l'information.

Accéder à Internet et aux services associés suppose

  • L'accès aux infrastructures (réseau)

  • L'accès au matériel (mis à disposition dans les EPN),

  • L'accès à des outils respectant les standards et les normes
  • L'accès à des contenus adaptés (notamment aux personnes porteuses de handicap.)

L'article 47 de la loi du 11 février 2005 dispose que « Les services de communication publique en ligne des services de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent doivent être accessibles aux personnes handicapées ».

Une recherche sous influence? (encart)

Seule une petite partie du web (web visible = 10 %) est indexée sur les moteurs de recherche. Les premiers résultats (les plus consultés) correspondent aux informations les plus « populaires ».

  • interrogeant ainsi la « culture du buzz », et ses dérives (référencement payant, achat d'avis consommateurs....).
  • Les mécanismes d'indexation peuvent largement être influencés, et paraître dans les 10 premiers résultats de Google devient un enjeu économique fort.
  • L'enjeu pour les fournisseurs de services est nous garder captifs et dépendants.
  • Nous enferme dans une posture de consommateur aux yeux de ceux qui vendent des espaces publicitaires ciblés par nos habitudes et nos goûts

    « Quand c'est gratuit, c'est vous le produit »

2. Qualifier et vérifier l'information.

L'utilisation quasi systèmatique et le fonctionnement même des moteurs de recherche, nous mettent face à des informations éclétiques, se côtoient ainsi les avis d'internautes, les paroles d'expert, les informations institutionnels, sans que le rang d'affichage n'en soit impacté.
En outre, à l'heure des réseaux sociaux, les informations se propagent très vite, voir en temps réel. Cette immédiateté se caractérise par le manque de recul et d'appréciation, l'absence de vérification accroissant les risques de dérives :

  • Pour capter l'auditoire
    • certains peuvent se laisser emporter par l'envie de publier ou partager le premier une information, faisant fi des règles basiques de vérification.
    • Peuvent être tentés par le sensationnel
  • Certaines fausses informations ou désinformations, publicités déguisées, peuvent volontairement être publiées et partagées (chaînes de mails, rumeurs, hoax).
  • Passant "de main en main" l'information d'origine peut être dénaturée, transformée et l'identification de la source complexifiée.

La vérification et la qualification de l'information peuvent passer par :

  • les sites spécialisés existants (ex hoaxbuster.com)
  • les réseaux sociaux permettant d'identifier des personnes de confiance, des experts...
  • La hierarchisation des sources (utilisation des sites institutionnels, officiels, ...)
  • la diversification des outils et des sources pour croiser les informations, même si l'automatisation de la publication sur différents outils reste à prendre en compte.

3. Produire de l'information

Préserver la diversité

De part la simplification des technologies tout un chacun peut contribuer sur le web, faisant coexister des contenus variés et de natures différentes allant du produit commercial à la production artistique, en passant par l'expression politique, militante, institutionnelle, personnelle …. Il est porteur de la mémoire de notre société créant ainsi un patrimoine commun que nous devons préserver des risques d’hégémonie culturelle, liée aux courants d'opinions, aux entreprises les plus puissantes.

Contribuer à la richesse

Contribuer à la richesse du web revêt différentes formes de participation. L'internaute peut :

  • produire et diffuser du contenu,

  • se contenter de partager des ressources à son réseau

  • participer à des projets d'envergure.

Partager et diffuser

Les facilités technologiques permettent de ré-utiliser un contenu pour l'adapter, le modifier ou simplement le réutiliser en l'état. Il est cependant essentiel que chaque contributeur ait en tête les règles relatives aux licences pour une ré-utilisation en toute légalité mais également être en mesure de choisir un modèle correspondant à sa volonté.

  • En France chaque création est par défaut protégé par le droit d'auteur.
  • Il est possible d'autoriser et d'encadrer la réutilisation du contenu produit grâce aux licences Créatives Commons notamment.
  • La connaissance et l'utilisation (affichage) de ces licences peuvent, elles aussi, participer à la création d'un patrimoine commun.
  • Enfin, la connaissance des conditions générales d'utilisation des outils en ligne est également essentielle pour préserver les droits de nos productions.
  • Les choix technologiques ne sont pas neutres et les modèles économiques doivent être compris.

Produire et collaborer

Le modèle collaboratif permet de construire rapidement et collectivement des bases de connaissances, appartenant à tous et accessible à chacun pour l'intérêt général. Wikipédia et Open Street Map (une alternative libre à Google Maps) en sont les exemples les plus connus. Dans le modèle collaboratif, chaque participation, la plus modeste soit elle, est importante et participe

  • à l'intelligence collective,
  • à l'édification d'un patrimoine public numérique.
  • les forums et l'entraide des Internautes via les réseaux sociaux contribue également à la richesse du web.

Lexique
(Source Wikipédia)

  • Web (World Wide Web : la « toile mondiale »): est un service d'Internet. Il permet de consulter, avec un navigateur (Firefox, Internet Explorer, Chrome), des pages accessibles sur des sites.
  • Bien commun : ce que partagent les membres d'une même communauté, cité ou même de l'humanité, d'un point de vue juridique, politique ou moral.
  • EPN : Espaces Publics Numériques
  • Réseaux sociaux : « un groupe d’applications en ligne qui se fondent sur la philosophie et la technologie du net et permettent la création et l’échange du contenu généré par les utilisateurs »
  • Créative Commons : Les licences Creative Commons constituent un ensemble de licences régissant les conditions de réutilisation et/ou de distribution d'œuvres (notamment d'œuvres multimédias diffusées sur Internet). Elles ont été créées en partant du principe que la propriété intellectuelle était fondamentalement différente de la propriété physique, et du constat selon lequel les lois actuelles sur le copyright étaient un frein à la diffusion de la culture.
  • Libre (CF. logiciels libres fiche identité numérique) NB : Souvent, un logiciel libre est qualifié d'« open source », car les licences compatibles open source englobent les licences libres.
  • hoax

Ressources pour aller plus loin

*********************